Un peu d'histoire

De l'an 1000 à la guerre de 100 ans
Sous l'impulsion des grands seigneurs, dont le Comte de Poitiers et le Duc d'Aquitaine, Guy Geoffroy, c'est l'époque de la fondation des abbayes.
La Jarrie-Audouin naît en 1011 par la cession d'un hébergement dans le bois de La Jarrie par une Dame Ainordis à l'Abbaye de Saint-Jean-d'Angély. C'est l'équivalent aujourd'hui d'un droit de gîte que le seigneur des terres pouvait disposer chez les habitants.
En 1207, Hugues de La Jarrie devient chevalier seigneur de La Jarrie-Audouin, puis en 1247, Jehan de La Jarrie-Audouin prend le relais et devient chevalier de la sénéchaussée de Saintonge au service du roi de France, Philippe Le Hardi.
Il est très fréquent au Moyen-Age qu'une famille noble compose son nom avec celui du lieu dont elle est propriétaire.

La guerre de 100 ans : le temps anglais
C'est une période très troublée pour la région des Charentes.
En 1356, lors de la bataille de Poitiers, le roi de France Jean Le Bon est fait prisonnier par les Anglais et le traité de Brétigny prévoit la cession de la Saintonge au roi d'Angleterre.
En 1360, un seigneur anglais, Richard de Totesham acquière La Jarrie-Audouin.
Cependant, vers 1370, le célèbre Du Guesclin reprend toutes les villes du Poitou et de la Saintonge pour la France.

La guerre de 100 ans : le temps des écossais
En 1429, le dauphin Charles VII fait appel à Jeanne d'Arc et aux écossais, et conclut un contrat contre l'Angleterre.
Un chevalier écossais, Nicole Chambre, reçoit en 1443, en don, La Jarrie-Audouin et en devient le seigneur des terres.
Puis dans cette lignée, vers 1620, La Jarrie-Audouin passe sous l'égide de la famille Tiraqueau, dynastie issue de Fontenay-Le-Comte (deux sèvres) par le mariage de Jacqueline de La Chambre, alors Dame de La Jarrie-Audouin.

Des successions difficiles
En 1675, La Jarrie-Audouin devient la propriété de la famille De La Cropte de Bourzac, grande famille du Périgord.
En 1743, la terre de La Jarrie-Audouin est saisie par l'Etat car le seigneur est ruiné.
Mais la société de La Jarrie s'organise autour de l'Eglise, lieu de culte et de rassemblement, autour du Château et des 3 grandes métairies (celle du Château, celle de La Jordanière et celle de la Vaudion).
C'est en 1774 que La Jarrie-Audouin appartient au dernier seigneur, Louis-Antoine Valentin et ce jusqu'en 1789.
Après la révolution française, les jarriens s'organisent et le village connaît ses meilleures années au cours du XIXème siècle.

Blason la jarrie  

 

   Blason de La Jarrie-Audouin